Newsletter Recherche

Printed From:

Vrai. La composition des repas et le moment auxquels ils sont pris influencent la durée et la qualité du sommeil. Au déjeuner , il est conseillé de consommer des aliments qui stimulent l’éveil tels que les protéines (viande, poisson, œuf). Pour le dîner, préférez les aliments riches en glucides (pain, pâtes, riz) qui facilitent l’endormissement.

 

Faux. 77% des Français ignorent ou ne pensent pas que le manque de sommeil favorise la prise de poids*.

 

Vrai. Pendant le sommeil, l’organisme produit une hormone (la leptine) qui fait disparaitre la sensation de faim. Des études récentes ont mis en évidence le lien entre temps de sommeil trop court et augmentation de l’indice de masse corporelle.

 

Faux. La prise de poids est favorisée quand on dort moins de 6 heures par nuit. Ceci pour des raisons hormonales et aussi parce que l’allongement de la durée d’éveil encourage le grignotage.

 

Vrai. En observant les animaux, on constate qu’ils sont vigilants avant d’avoir mangé. Cet état de veille leur permet d’aller chercher la nourriture. Une fois qu’ils se sont alimentés, ils s’endorment. Cette relation entre apport alimentaire et vigilance semble être identique chez l’homme. L’état de satiété facilite donc la survenue du sommeil en faisant baisser le niveau de vigilance.

 

Vrai. C’est notamment le cas des aliments qui contiennent du tryptophane : légumes secs (lentilles, pois chiches, haricots secs...), céréales complètes, banane, noix de cajou, amandes, graines de courge…

 

Faux. L’idéal est de prendre le repas du soir 2 à 3 heures avant d’aller au lit. C’est le bon tempo pour ne pas être en pleine digestion au moment de l’endormissement et pour ne pas risquer une fringale en fin de nuit.

 

Faux. Consommés le soir, les aliments gras, difficiles à digérer, entraînent une fragmentation du sommeil.

 

Faux. Le pain, les pâtes ou encore le riz (à consommer de préférence complets) favorisent l’endormissement.

 

Vrai. 56% des Français déclarent que leurs problèmes du sommeil nuisent à leur carrière ou à leurs études. 8% ont été absents au moins 1 fois au travail au cours des 12 derniers mois en raison de problèmes du sommeil. 

Faites la chasse aux idées reçues sur les relations entre ce que vous mangez et la qualité de votre sommeil et testez vos connaissances.

Découvrir les 3 familles d'aliments qui aident à dormir

Sources:

*Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé (INPES)-BVA, « Les Français et leur sommeil », 2008.

Cette enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France a été réalisée par l’Institut BVA auprès d’un échantillon national représentatif de la population française âgée de 25 à 45 ans :

  • 1004 personnes interrogées par téléphone du 13 au 22 décembre 2007.
  • vchantillon construit selon la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, CSP du chef de famille après stratification par région et catégorie d’agglomération.