Newsletter Recherche

Printed From:

Il est de bon ton de parler des impacts positifs de la lumière mais attention elle peut parfois avoir des conséquences indésirables sur nos organismes.

S’exposer quotidiennement à la lumière solaire présente de nombreux avantages. Meilleure régulation de notre horloge interne, synchronisation accrue de notre sommeil, renforcement de notre système osseux, mais aussi impacts favorables sur notre moral, contribution à l’acquisition des connaissances, évolution favorable des maladies de la peau… sont les principaux bénéficiaires des apports de la lumière solaire.

Cependant il n’est pas toujours évident de pouvoir profiter quotidiennement du soleil ne serait-ce qu’en fonction de notre localisation sur le globe terrestre, de la saison dans laquelle nous nous trouvons…

Dans toutes ces situations la luminothérapie peut être un substitut facile à mettre en œuvre.

La luminothérapie c’est en quelque sorte avoir à portée de main - et lorsqu’on le souhaite - un soleil artificiel.

Avec la luminothérapie, une grande partie des avantages que nous procure notre ‘bonne étoile’ peut alors être exploitée à condition de veiller à l’intensité et à la durée des expositions, mais aussi au mode de diffusion (flash ou continu), à la longueur d’onde…

Un petit rappel sur le chemin parcouru par la lumière dès sa perception par l’œil permet de mieux comprendre les mécanismes engendrés et les effets bénéfiques ou … délétères constatés.

Il n’y a pas que les cônes et les bâtonnets

Les cônes et les bâtonnets, cellules photosensibles de l’œil, permettent de capter les couleurs et les formes des objets perçus par notre regard. Ce sont ces voies visuelles qui acheminent l’information vers ‘ le cerveau’.

Mais ce sont d’autres cellules qui captent la lumière et transfèrent cette dernière - via des voies-non visuelles - vers l’horloge principale celle qui régule nos rythmes circadiens. Par effet cascade d’autres horloges (périphériques) initialement autonomes dans leur fonctionnement, périodicité…, sont impactées par cette lumière. Dès lors des désordres peuvent apparaitre, perturbations de la température corporelle, troubles de l’humeur, de la synthèse de différentes hormones dont la mélatonine.

Ces désynchronisations chacun peut en faire l’expérience lors d’un vol transmériden (plusieurs heures d’avion vers l’Est ou l’Ouest). On perçoit aussi ces désordres lors des passages à l’heure d’hiver ou d’été, ou encore lorsque l’on travaille en horaires atypiques (tôt le matin, en après-midi ou la nuit).

Avoir recours à la luminothérapie permet alors de pallier bon nombre de ces dysfonctionnements.

Parmi les premiers effets bénéfiques de ‘l’apport géré de lumière’ (via la luminothérapie) on trouve les impacts positifs sur la dépression saisonnière. Ce trouble affectif saisonnier qui apparait à l’entrée de l’hiver peut durer jusqu’à l’arrivée du printemps du fait de la baisse de luminosité solaire. La dépression saisonnière affecte l’humeur, augmente les sensations de faim, accroit le besoin de dormir, renforce l’apathie, diminue les facultés de concentration, capacité d’apprentissage…

[[{"fid":"481","view_mode":"default","fields":{"format":"default","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"La luminothérapie","field_file_image_title_text[und][0][value]":false,"field_folder[und]":"4"},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"default","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"La luminothérapie","field_file_image_title_text[und][0][value]":false,"field_folder[und]":"4"}},"attributes":{"alt":"La luminothérapie","height":"400","width":"600","class":"media-element file-default","data-delta":"1"}}]]

Des précautions à prendre

Une bonne exposition quotidienne à la lumière issue de la luminothérapie permet très souvent de passer ce cap délicat de l’hiver.  Et lorsqu’il faut faire face à une dépression plus sévère, la luminothérapie peut alors être recommandée par les professionnels de santé en renforcement des traitements médicaux.

Puisque la lumière ‘artificielle’ a des impacts sur les différentes horloges (centrale et périphériques), la luminothérapie permet aussi de corriger les décalages de phase (avance ou retard) que d’aucuns peuvent connaitre de façon naturelle (couche-tôt/couche-tard).  Les conséquences des décalages horaires (voyages aériens) ou celles dues aux modifications de rythmes de travail peuvent aussi être atténuées par la luminothérapie.  Des incidences positives sont également perceptibles dans d’autres troubles tels que les crises de boulimie, les symptômes dépressifs relatif au syndrome prémenstruel, et des recherches se poursuivent pour mesurer les bienfaits pour des personnes âgées souffrant de démence.

Comme on peut le voir les impacts de la luminothérapie sont nombreux et importants c’est pourquoi il faut être attentif aux équipements mis en œuvre, aux heures d’exposition, au type de lumière utilisée… afin de ne pas aller à l’encontre des effets escomptés.

Le plus souvent les appareils de luminothérapies se présentent sous forme de lampes à poser sur une table ou un bureau… mais on peut aussi trouver des ‘équipements portables ‘ que l’on peut qualifier de ‘surlunettes de luminothérapie’.

Quel que soit le modèle choisit le matériel doit être conforme aux directives européennes 2007/47/CE et 93/42/CEE relatives aux dispositifs médicaux car il ne doit pas émettre d’ultraviolets ni d’infrarouges.

Si les contre-indications ne sont pas très nombreuses il est cependant impératif de consulter son médecin traitant avant l’utilisation d’un matériel de luminothérapie afin de s’assurer qu’il n’y aura pas de conséquences négatives sur la santé. Par exemple les traitements à base de médicaments photosensibilisants sont des situations de contre-indication de l’apport de lumière.  La consultation de l’ophtalmologiste en cas de problèmes oculaires du type glaucome et cataracte est recommandée voire impérative. L’échange avec le médecin est aussi exigé en présence de troubles bipolaires… 

[[{"fid":"482","view_mode":"default","fields":{"format":"default","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"La luminothérapie","field_file_image_title_text[und][0][value]":false,"field_folder[und]":"4"},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"default","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"La luminothérapie","field_file_image_title_text[und][0][value]":false,"field_folder[und]":"4"}},"attributes":{"alt":"La luminothérapie","height":"400","width":"600","class":"media-element file-default","data-delta":"1"}}]]

Le simulateur d’aube : un excellent emploi de la lumière artificielle

La lumière artificielle peut aussi trouver tout son intérêt même lorsque l’on ne souffre d’aucuns maux. Les simulateurs d’aube (appelé aussi générateur d’éveil) en sont une des preuves tangibles. Comme la lumière a la capacité de ‘bloquer’ la sécrétion de mélatonine, le simulateur d’aube facilite les réveils progressifs, en douceur. Le principe est simple : on règle ce ‘réveil lumineux’ afin qu’il commence à émettre de la lumière rouge/orangée 30 minutes avant l’heure souhaitée du lever. Au fil des minutes une lumière de plus en plus blanche est émise et stoppe la sécrétion de mélatonine. Cette progression lumineuse simule la levée du jour et permet de se réveiller sans l’agression matinale de la sonnerie du réveil de quoi se lever bon pied bon œil !

Alors la lumière n’aurait-elle que des effets bénéfiques ? Non disent les spécialistes car il y a des effets délétères avérés lorsque l’on utilise certains équipements qui émettent majoritairement de la lumière bleue. Dans ces situations, les impacts nocifs sur la rétine sont largement partagés c’est pourquoi il faut les utiliser avec parcimonie. Les smartphones, tablettes et autre ordinateur sont les matériels mis en cause car pour les utiliser les yeux sont souvent exposés de façon rapprochée et prolongée à cette lumière bleue qui fait voir l’avenir en … noir.

Cycle circadien de l’être humain

Temps moyen de l’horloge circadienne 24h10

25% des personnes seraient en avance de phase (périodicité de l’horloge inférieure à 24h). Ils se trouvent parmi les couche-tôt

75% des individus ont une horloge qui ‘boucle’ au-delà de 24h et sont des couche-tard 

 

Exemple de nombre de lux

A midi, l’été le flux lumineux est d’environ 100 000 lux.

Au lever et coucher du soleil ce sont environ 10 000 lux que reçoivent nos yeux.

Dans un bureau il y a environ de 400 à 600 lux et dans une habitation 150 à 300.

 

Exemple de température de couleur

La température de couleur s’exprime en Kelvin (K). Une teinte chaude est celle du matin ou du soir lorsque le soleil se lève ou se couche. Le rouge domine alors et la température de couleur est située entre 2500 et 3000K.

Plus on avance dans la matinée plus cette température de couleur devient froide (se rapprochant du bleu) et à des valeurs allant de 4500 à 6500 k (selon les conditions climatiques, latitude…).

Une lampe halogène produit une lumière chaude avec peu d’émission dans le bleu alors qu’une ampoule LED ‘lumière du jour’ émet majoritairement dans le bleu. Il est donc recommandé d’acheter plutôt des LED ‘blanc chaud’ dont l’émission en bleu est réduite et dont la température de couleur est aux environs de 2700K.