Somnolence au volant : tous les conseils pour l’éviter


Somnolence au volant : tous les conseils pour l’éviter

LES SIGNES DE SOMNOLENCE : QUAND FAUT-IL S’ARRÊTER ?

Si, même après avoir pris toutes les précautions préalables, vous ressentez au cours de votre trajet  des engourdissements des jambes, avez le besoin incessant de changer de position, baillez régulièrement, vous avez des difficultés pour rester concentré, clignez des yeux… ARRETEZ-VOUS.

SOMNOLENCE AU VOLANT : LES IDÉES REÇUES

Otez de votre tête que d’ouvrir la fenêtre, mettre la radio, roulez plus vite, … vous évitera de vous endormir et annulera votre fatigue au volant. De même cessez de croire que parce qu’il ne vous reste plus que quelques kilomètres à parcourir vous serez en capacité de les faire sans encombres.

Lorsque les premiers signes de la somnolence ou de fatigue  au volant apparaissent, cherchez une aire de repos et reposez-vous en pratiquant une sieste. Que vous l’appeliez micro-sieste, sieste flash, sieste parking…. L’important sera de mettre votre corps (physique et mental) au repos.

 

Somnolence

UNE SOLUTION : LA MICRO SIESTE

Les consignes pour atteindre ce but sont claires et faciles à mettre en œuvre. Après avoir choisi un endroit calme pour vous stationner, programmez une alarme (smartphone, montre…) afin d’être certain de vous réveiller après 15 minutes de pause. Mettez votre siège en position semi allongée, fermez les yeux (ou mieux encore portez un masque de voyage).
Adoptez alors une respiration calme et tranquille. En partant de la tête et en allant progressivement vers le bas du corps, sur chaque expiration essayez de relâcher toutes les tensions (physiques ou mentales) inutiles. Si des idées (non souhaitées) viennent ‘accompagner’ ce moment de détente, revenez aux sensations du corps autant de fois que nécessaire et ce sans vous blâmer, vous juger, porter à votre encontre un sentiment négatif.

Au bout des 15 minutes, lorsque l’alarme se fait entendre ; revenez tranquillement à votre état de conscience ordinaire en prenant de grandes inspirations, puis en bougeant le cou, les chevilles les poignets… puis lorsque vous êtes sortis du véhicule vous  poursuivez ce réveil musculaire et psychique.

Micro sieste

A noter que prendre un café juste avant de commencer votre sieste peut vous aider par la suite. L’effet de la caféine ne se faisant ressentir dans votre corps qu’une quinzaine de minutes après son ingestion cela ne perturbera pas votre séquence micro sommeil mais en revanche vous éveillera pour les deux heures à venir et vous évitera le sommeil au volant pendant ce laps de temps.

Toutes ces informations sont valables si l’on roule de jour mais encore plus de nuit. Prendre la route de nuit accroit les risques potentiels en raison de notre horloge biologique qui nous « ordonne » une baisse de vigilance entre 2 et 5 heures.

La micro-sieste est donc une bonne solution sur des trajets relativement courts. Cependant, pour des trajets plus longs supérieurs à 10h, faire des étapes et découper son voyage peut s’avérer judicieux. Pensez sécurité avant tout et voyez le positif : vous pourrez même découvrir de nouvelles régions.

Long voyage

Bonnes vacances !!

 

Patrick Lesage

Patrick Lesage
Sophrologue spécialisé en gestion sommeil et vigilance

 

VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS ?

RETROUVEZ NOTRE ARTICLE SUR LA VIGILANCE AU VOLANT

 

Partager Partager


28/09/2015 - Vacances & sommeil Partages Facebook : 27 Partages Twitter :