Cycle circadien : Lumière et horloge biologique


Lumière et horloge biologique

L’alternance jour/nuit est le principal donneur de temps, celui qui influe le plus sur notre horloge interne. C’est la présence ou l’absence de lumière qui va donner le tempo, qui va influencer notamment l’endormissement et l’éveil. En effet en l’absence de lumière, la mélatonine peut être synthétisée et c’est cette hormone qui nous conduit vers l’endormissement.

A contrario la lumière bloque la mélatonine et favorise l’éveil.

Evolution de la mélatonine au cours d'une journée

Dans le mode de vie le plus classique- éveillé en journée, endormi la nuit - si l’on veut que notre organisme bénéficie de tous les avantages fournis par la lumière, il est important de pouvoir profiter de la lumière du jour de préférence chaque matin et de cesser les expositions à des lumières trop stimulantes le soir.

Il existe plusieurs types de lumières dont 2 font partie des plus connues :

  • la lumière blanche
  • la lumière bleue

La lumière bleue est celle que l’on trouve notamment lorsque les liseuses, tablettes numériques, et smartphones utilisent des LED (lampe à diode électroluminescente) comme base de leur affichage. Cette lumière bleue a un impact direct sur l’endormissement car elle bloque la production de mélatonine.

La prolifération des écrans dans notre environnement, à portée de main à tout moment de la journée, perturbe le rythme veille/sommeil et peut engendrer ensuite des répercussions sur notre quotidien : fatigue, somnolence, troubles de l’attention, de la concentration, baisse de productivité…

En revanche, on peut avoir recours aux caractéristiques de la lumière blanche lors de séances de luminothérapie pour, par exemple, compenser les désynchronisations de l’horloge biologique également appelées décalages de phase ou pour réduire l’impact du jetlag …

L’influence de la lumière sur notre organisme est aussi perceptible par chacun d’entre nous, au moins deux fois par an, lors des changements d’heure . En effet à ces dates, on impose un décalage brutal d’une heure à notre horloge biologique et par conséquent la durée d’exposition à la lumière naturelle. En fonction des individus, l’adaptation de l’organisme peut durer de quelques jours à une semaine.

De façon encore plus évidente, ces désordres internes, physiques et/ou psychiques, provoqués par les chamboulements imposés à notre horloge interne, surviennent lors de voyages transméridiens en avion . En modifiant les horaires d’exposition à la lumière, notre organisme en subit immédiatement les conséquences : difficulté de maintien de l’éveil ou, au contraire, difficulté pour s’endormir, fatigue, besoin alimentaire décalés par rapport aux horaires de destination, difficulté de concentration…. 

 

Patrick Lesage

Patrick Lesage
Sophrologue spécialisé en gestion sommeil et vigilance

 

Découvrez également nos autres articles pour vous aider à mieux dormir :

 

Partager Partager


30/11/2015 - Tout connaitre sur le sommeil Partages Facebook : 10 Partages Twitter :